samedi 25 avril 2015

Ma clarinette est anonyme et alors ?

José-Daniel Touroude

Clarinette anonyme 6 clés, sa boite avec 2 becs Lelandais et sa boite « Charles X »
Ma Clarinette en Ut à 6 clés n’est pas estampillée et donc considérée comme banale, pas créée par un facteur prestigieux donc anonyme mais utilisée par un clarinettiste de campagne qui a fait danser son village et elle nous interpelle justement dans une réflexion sur les clarinettes de «base» anonymes.

Les clarinettes à 6 clés ont été fabriquées grosso modo entre 1800 et 1900.

La 6ème clé, permet de faire une nouvelle note le Do# /Sol# avec le petit doigt gauche. Toutes les altérations ne sont pas encore possibles et la gamme chromatique n’est pas évidente avec des doigtés en fourche, mais cette clé améliore sensiblement les possibilités de la clarinette. C’est pourquoi la plupart des clarinettes à 5 clés en exercice ont eu cette clé supplémentaire facile à poser. Un problème demeure car le trou se trouve au ras du tenon du corps du haut et pose souvent des problèmes de justesse car acoustiquement le trou devrait être un peu plus bas, d’où une correction avec l’embouchure de la part du clarinettiste !

Clé de sol dièse montée sur bloc. Clarinette Mib à 11 clés
 allemande anonyme. (Collection JDT)
Il ne faut pas oublier qu’au 19ème siècle la clarinette est en vogue dans toutes les armées, orchestres populaires et harmonies. Ainsi il y a environ 4000 clarinettistes militaires dans le monde en 1800 qui jouaient sur des 5 ou 6 clés ! Les troupes de l’empereur Napoléon 1er avait plus de 1000 clarinettistes jouant principalement sur des 6 clés et l’enseignement du conservatoire de Paris juste crée se faisait sur cette clarinette (il y avait 11 professeurs de clarinettes au conservatoire de Paris !). Les clarinettes 6 clés ont accompagné Bonaparte puis Napoléon 1er à travers l'Europe et l'Egypte et dont certaines ont fini comme combustible lors de la retraite de Russie ! 
Heureusement il en reste encore beaucoup car la fabrication de ces clarinettes simples et peu coûteuses étaient destinées à un public de musiciens populaires et a continué pendant tout le 19ème siècle. Cette clarinette fait partie de ces clarinettes. Sa date de fabrication se situe autour de 1850, elle est en buis et les clés et bagues sont en laiton.
Clarinettiste et serpentiste d'infanterie de ligne vers 1812.
Beaucoup de clarinettes ne sont pas signées par leurs fabricants et il y a 3 explications :

      Certaines sont considérées comme « bas de gamme » vu la qualité des matériaux employés (bois, bagues, clés), voire même pour quelques unes, elles ont des défauts de fabrication ou ne sont pas très justes. Elles sont anonymes volontairement, le facteur ne voulant pas associer son nom à des clarinettes indignes de son talent mais réservées à des faibles budgets pour la musique populaire ou pour l'étude. Ce n’est pas le cas de cette clarinette.

      D'autres ont eu des estampilles gravées au fer mais simplement tamponnées à l’encre. Avec le temps, l'encre s'estompe voire disparaît et dans notre collection nous en avons plusieurs instruments où il est difficile de reconnaître l'estampille, tout en voyant néanmoins des séquelles de tampons. Elles deviennent anonymes avec le temps ! Ce n’est pas le cas de cette clarinette.

      D'autres sont anonymes volontairement et sont d'excellentes factures. En fait, elles sont laissées vierges, sans estampilles volontairement par le facteur pour que le revendeur, souvent en province ou à l'étranger, mette son tampon et fidélise sa clientèle. Les commandes de clarinettes vierges pour des revendeurs étaient courantes. D'ailleurs il est parfois difficile de séparer facteurs, réparateurs et revendeurs à cette époque car ils cumulaient les rôles. Certains collectionneurs et chercheurs actuels s'emploient à déterminer les facteurs et les revendeurs, villes par villes.

Il faut démystifier la course à l'estampille et à la griffe du facteur réputé... souvent ce n’est pas le nom du facteur inscrit qui a fait l’instrument. Ainsi les facteurs de la Couture - Boussey vendaient des clarinettes de qualité dans leurs magasins à Paris et mettaient dans ce cas leurs estampilles. Mais en parallèle, par exemple, la manufacture de Thibouville à Ivry la bataille, proche de La Couture Boussey et haut lieu de la facture d'instruments à vent,  marquait de nombreux instruments avec la marque des revendeurs :  
(exemples: Autiero à Avignon, Bohn à Guebwiller en Alsace, Bajus-Gossart dans le Pas de Calais, Barbé pour Le Puy, Bonnel à Rennes, Dolmetch au Mans, Dupeyrat à Riberac etc...)













Souvent les facteurs fabriquaient des clarinettes pour l'étranger avec des estampilles de revendeurs exportateurs (De Prins à Anvers en Belgique, Foetisch à Lausanne en Suisse, Bizet qui vendait à son nom les Thibouville et les Gautrot « anonymes » pour l'Espagne et le Portugal, voire l’Amérique latine...) Les clarinettes françaises étaient vendues en Europe et dans l'empire français (Thibouville approvisionnait le revendeur Bembaron en Tunisie et le revendeur Charvet en Algérie...) mais aussi beaucoup de magasins de musique dans le monde entier. Parfois un facteur aidait un autre facteur (Thibouville aidait Gautrot et inversement pour les exportations  en grande quantité pour les USA afin de respecter les quantités et les délais).
Enfin la plupart du temps, le fabricant laissait les clarinettes anonymes, les revendeurs mettant ce qu'ils
voulaient... et parfois rien du tout ! car à part quelques noms réputés, les musiciens d’alors n’étaient pas obnubilés par une estampille. L’armée mettait un numéro, certains musiciens mettaient leurs initiales ou leurs noms, d’autres rien du tout.
Ces exemples sont destinés à montrer que l'on ne peut pas toujours se fixer sur une estampille garante de qualité et que c'est aussi illusoire que les griffes actuelles dans la confection où les vêtements identiques sortent des mêmes usines, avec les mêmes produits... mais avec des prix différents ! La griffe symbolise et suppose alors la qualité et la mode mais le produit est souvent quasi - identique. Cette clarinette avec une estampille vaudrait plus chère ! Enfin il ne faut pas oublier que les contrefaçons et les fausses estampilles existaient déjà ! Les faux étaient courants et au fil du temps, certains en ont rajoutés.

Au lieu de regarder l'estampille comme révélateur de qualité, regardons l'esthétisme de la clarinette, la qualité de ses matériaux et jouons avec pour voir ses qualités acoustiques et musicales. Et cette clarinette est belle, joue juste et possède un beau son puissant et chaud. La clarinette en Ut  jouait avec les autres instruments sans transposer et pour cela elle était utilisée souvent dans les orchestres de musique populaire.
Le diapason est bas (La = 435 Hz)  mais courant au 19ème siècle. L'instrument est en buis, peu épais et bien tourné et n’a pas de repose-pouce car son poids sans le bec est très léger : 260 g.
L'instrument est composé de 5 parties : barillet, corps supérieur, corps central, corps inférieur, pavillon.  
Le barillet est arrondi légèrement au centre comme le fait la facture française (en Allemagne le renflement est vers le bas.)  Le bulbe est assez plat comme les clarinettes 6 clés tardives fabriquées en France. Les 2 becs en ébène sont du célèbre facteur Lelandais, un peu usés
 car à l'époque en France, certains jouaient à l’ancienne avec les dents et la lèvre inférieure qui reposaient sur le bec et la lèvre supérieure posée sur l'anche. Beaucoup de clarinettistes populaires jouaient à l’ancienne, donc à l’envers. Les boites sont intéressantes, boite double assez rare pour les becs et la boite de clarinette « Charles X » pour l’instrument est très belle.Tout est d'origine et bien conservé et elle a joué jusqu’à la guerre de 1914 dans le Lot et Garonne. En attendant, elle joue très bien, juste et avec une belle sonorité.
Laissons à cette belle inconnue, son anonymat et son mystère ! 






samedi 18 avril 2015

Le VARITONE de SELMER ou l'histoire du premier saxophone électronique.


Remettons nous dans l'ambiance..... pour ceux qui y étaient......Dans les années 60, souvenez vous, le "Yé-Yé" et la guitare électrique faisaient fureur et avaient remisé "Petite fleur" de Sidney BECHET dans les "boites" pour adultes vieillissant. Les teenagers clarinettistes et saxophonistes avaient bien du mal à se faire entendre et à lutter face à ces groupes de guitaristes "amplifiées"....."à peine musiciens " qui nous piquaient tous les contrats. Comme moi vous vous êtes, sans doute, essayés à la guitare "hurlante" pour jouer à armes égales.......
Et c'est alors que.....Selmer est arrivé, avec son saxe électronique : Le VARITONE. Nous aussi nous allions pouvoir faire jouer les décibels... mettre les belles à nos pieds et retrouvez notre situation de Saxophoniste leader.
Première page de la brochure Selmer.
C'est en 1965 que Selmer s'associe avec la société Electro-Voice (EV) pour développer un concept révolutionnaire de saxophone électronique. Le Varitone est un concept très novateur et assez abouti qui consiste à placer un micro en céramique sur le bocal, permettant de recueillir un son naturel de l'instrument (Saxe Ténor ou alto).
Bocal de saxe alto muni de micro.
Ce micro est relié à un préamplificateur fixé sur la garde des clés de Si et Sib main droite, de façon à utiliser les différents potentiomètres:  3 pour régler le volume, l'écho et le volume de l'effet du sous octave. Les quatre leviers permettaient , l'écho, le trémolo, d'égaliser les graves, les médiums, les aigus.....Un petit synthétiseur pouvant être utilisé en jouant, comme sur une guitare électrique.
Préamplificateur du Varitone et ses sept boutons de contrôle.
Le tout relier à un amplificateur spécifique Varitone avec un bouton pour régler le trémolo et un bouton marche arrêt.
Tableau de l'ampli du Varitone.
Voici une démonstration par un musicien japonais.....qui montre les effets simples du Varitone, à notre avis pas suffisamment inventifs pour montrer les qualités de cette invention très originale pour l'époque.
Concept trop novateur pour l'époque, le Varitone ne rencontra pas le succès escompté.
En plus de la brochure, Selmer distribuait un petit disque de démonstration.


Très peu de musiciens utilisèrent ce Varitone ; le seul qui a su l'utiliser et en faire quelque chose fut Eddie HARRIS (1934-1996), mais sa musique Funk et Jazz R and B pouvait s'adapter à l'électronique. Eddie HARRIS est un musicien très inventif, il enregistra en 1967 avec le Varitone dans un disque très célèbre "Electrifying Eddie Harris"....un de ses tubes : Listen Here.
On peut l'entendre en 1969, en live à Montreux où il utilise un système modifié.
Un autre grand tube d' Eddie Harris que nous jouons régulièrement : Cold Duck Time.
Eddie Harris et son compère Les McCANN assez régulièrement classés dans les Hit-parades de l'époque, notamment avec ce célèbre "Compared to What".
Autre grand jazzman qui enregistra, entre 1966 et 1971,  13 disques avec le Varitone : Sonny STITT, mais ce musicien be-bop n'avait besoin d'aucun artifice pour montrer son talent. Dans tous ses disques utilisant le varitone, Stitt l'utilise plus comme un micro-amplificateur, sans pratiquement jamais utiliser ses nouvelles possibilités.

Publicité Selmer avec Sonny STITT en
couverture.
La plupart des disques de Sonny STITT utilisant le Varitone sont des disques "commerciaux" comme celui-ci, avec Gene Ammons au ténor, où en duo ils jouent des thèmes bluesies, avec orgues Hammond et guitariste....en utilisant un effet écho, sans intérêt qui affaiblit le point fort de ce formidable musicien méconnu (Un de mes modèles), la vélocité et le lyrisme. Donc si vous n'écoutez qu'un extrait....Voici une pépite de Sonny Stitt, sans Varitone....."Lover Man".


Cet extrait nous permet de saluer une autre de nos idoles : Kenny CLARK.
Page 2 de la brochure Selmer, Varitone.
Si le Varitone n'a pas percé, c'est bien sur parce qu'il était trop en avance par rapport à son époque, mais surtout parce qu'aucun musicien n'a su l'utiliser (A l'exception d'Eddie HARRIS) et créer une musique pour ce nouveau saxophone électronique. D'ailleurs avons nous besoin d'un saxophone électronique ?

Moi, personnellement je préfère le son de mon Mark VI......même amplifié.
Page 4 de la brochure Selmer.